Litteratura.com
Recherche    
Charles Baudelaire
Sa vieCorrespondanceBiographiePersonnages
Son œuvre Critiques Essai Journal Nouvelles Prose Vers
RegardsArticlesAxes d'étudesContemporains
oeuvre
Vers  -  À voir aussi : Critiques Essai Journal Nouvelles Prose 

Les Fleurs du mal

Seconde édition

retour à l'accueil de l'oeuvre
retour au choix de l'oeuvre

LXX. Sépulture

<< Voir les Pages liées à ce texte 
 Définition  | Taille du texte  1  2  3  |  < Précédent  Suivant >  |   Télécharger cette oeuvre

    Si par une nuit lourde et sombre
    Un bon chrétien, par charité,
    Derrière quelque vieux décombre
    Enterre votre corps vanté,
   
    À l'heure où les chastes étoiles
    Ferment leurs yeux appesantis,
    L'araignée y fera ses toiles,
    Et la vipère ses petits ;
   
    Vous entendrez toute l'année
    Sur votre tête condamnée
    Les cris lamentables des loups
   
    Et des sorcières faméliques,
    Les ébats des vieillards lubriques
    Et les complots des noirs filous.


Pages liées




La poésie n'a pas d'autre but qu'elle-même. -- Que la beauté du corps est un sublime don Qui de toute infamie arrache le pardon. -- Le rire est satanique, il est donc profondément humain. -- Le diable, je suis bien obligé d'y croire, car je le sens en moi ! -- Liberté et fatalité sont deux contraires ; vues de près et de loin, c'est une seule volonté. -- Que la beauté du corps est un sublime don Qui de toute infamie arrache le pardon. -- L'étude du beau est un duel où l'artiste crie de frayeur avant d'être vaincu. -- Il est de certaines sensations délicieuses dont le vague n'exclut pas l'intensité; et il n'est pas de pointe plus acérée que celle de l'Infini. -- La femme est naturelle, c'est-à-dire abominable. -- Cependant, je laisserai ces pages, — parce que je veux dater ma colère. -- Le diable, je suis bien obligé d'y croire, car je le sens en moi !Le Salon de 1845
Le Salon de 1846
Le Salon de 1859
La Fanfarlo
Les Fleurs du mal, premi?re ?dition (1857)
Les Fleurs du mal, seconde ?dition (1861)
Le Spleen de Paris
Mon coeur mis ? nu
Les Paradis artificiels
Comment on paie ses dettes quand on a du g?nie
Conseils aux jeunes litt?rateurs
Les Drames et les romans honn?tes
Peintres et aquafortistes
Morale du joujou
Madame Bovary par Gustave Flaubert
Du Vin et du Haschisch
Fus?es
Le mus?e classique du bazar Bonne-Nouvelle
Exposition universelle
Les Mis?rables par Victor Hugo
Richard Wagner et Tannh?user ? Paris
Le peintre de la vie moderne
Choix de maximes consolantes sur l'amour
L'?cole pa?enne
Les fleurs du mal, fleurs maladives, la fleur du mal, fleurs du mal de Charles Baudelaire. Les Fleurs du mal Le Spleen de Paris, Les Petits po?mes en prose,po?sie en prose, recueil majeur. Le Spleen de Paris
 
 
"Insouciants et taciturnes, Des Ganges, dans le firmament, Versaient le trésor de leurs urnes Dans des gouffres de diamant."