Litteratura.com
Recherche    
Charles Baudelaire
Sa vieCorrespondanceBiographiePersonnages
Son œuvre Critiques Essai Journal Nouvelles Prose Vers
RegardsArticlesAxes d'étudesContemporains
regards

Beaucoup de textes ont été écrits sur l'œuvre de Baudelaire, sur l'homme, sur sa vie. Ses contemporains ont pour beaucoup contribué à développer un regard critique sur ses écrits, et encore de nos jours on continue à étudier - sous les thèmes les plus divers - l'œuvre du poète-écrivain. "Regards" réunit un ensemble de textes relatifs à l'œuvre de Charles Baudelaire, sous formes d'études, de critiques ou de commentaires de poèmes. Vous pouvez vous-mêmes contribuer à l'évolution de cette rubrique en nous faisant parvenir des textes susceptibles de figurer ici. Plus particulièrement, si vous avez réalisé une étude sur Baudelaire, nous accueillerons avec plaisir l'aboutissement de vos recherches (accompagné de votre nom bien entendu) - et ce dans le but de constituer un regroupement le plus complet possible des différents essais relatifs à l'œuvre de Baudelaire.

 
Les rubriques
Des articles au sujet de Baudelaire
Des axes d'études pour les besoins scolaires
Ce que les contemporains de notre cher Baudelaire en pensent
Congédier la passion et la raison, c'est tuer la littérature. -- Par l'âpreté, la finesse et la certitude de son dessin, M. Méryon rappelle ce qu'il y a de meilleur dans les anciens aquafortistes. -- Le poète est semblable au prince des nuées Qui hante la tempête et se rit de l'archer; Exilé sur le sol au milieu des huées, -- Tout enfant, j'ai senti dans mon coeur deux sentiments contradictoires, l'horreur de la vie et l'extase de la vie. -- Cette vie est un hôpital où chaque malade est possédé du désir de changer de lit. -- Plus encore que la vie -- La diane chantait dans les cours des casernes, Et le vent du matin soufflait sur les lanternes. -- J'implorais d'elle un rendez-vous, Le soir, sur une route obscure. Elle y vint ! - folle créature ! Nous sommes tous plus ou moins fous ! -- J'ai pétri de la boue et j'en ai fait de l'or. -- J'aime passionnément le mystère, parce que j'ai toujours l'espoir de le débrouiller. -- La diane chantait dans les cours des casernes, Et le vent du matin soufflait sur les lanternes.Le Salon de 1845
Le Salon de 1846
Le Salon de 1859
La Fanfarlo
Les Fleurs du mal, premi?re ?dition (1857)
Les Fleurs du mal, seconde ?dition (1861)
Le Spleen de Paris
Mon coeur mis ? nu
Les Paradis artificiels
Comment on paie ses dettes quand on a du g?nie
Conseils aux jeunes litt?rateurs
Les Drames et les romans honn?tes
Peintres et aquafortistes
Morale du joujou
Madame Bovary par Gustave Flaubert
Du Vin et du Haschisch
Fus?es
Le mus?e classique du bazar Bonne-Nouvelle
Exposition universelle
Les Mis?rables par Victor Hugo
Richard Wagner et Tannh?user ? Paris
Le peintre de la vie moderne
Choix de maximes consolantes sur l'amour
L'?cole pa?enne
Les fleurs du mal, fleurs maladives, la fleur du mal, fleurs du mal de Charles Baudelaire. Les Fleurs du mal Le Spleen de Paris, Les Petits po?mes en prose,po?sie en prose, recueil majeur. Le Spleen de Paris
 
 
"Ne cherchez plus mon coeur, les bêtes l'ont mangé"