Litteratura.com
Recherche    
Charles Baudelaire
Sa vieCorrespondanceBiographiePersonnages
Son œuvre Critiques Essai Journal Nouvelles Prose Vers
RegardsArticlesAxes d'étudesContemporains
regards
Axes d'études  -  À voir aussi : Articles  Contemporains  

X L'ennemi   in Les Fleurs du mal


Lire un autre axe d'étude

<< Voir les pages liées à ce texte 
Taille du texte  1  2  3 |   Télécharger la fiche
 
Introduction
   Ce poème est un sonnet (ABAB-ABAB-CCD-EDE), Charles Baudelaire use souvent de cette forme dans Les Fleurs du Mal.
   L'ennemi, dans ce poème, c'est le temps, composante majeure du spleen baudelairien. On retrouve cette idée d'angoisse face au temps qui passe dans les poèmes "L'Horloge" et "Le goût du néant". Cette fois, le poète décrit l'angoisse consciente du temps qui passe.
   
   
   I. Les saisons d'une vie :
   Ce poème s'articule autour d'une métaphore filée sur le thème des saisons et du climat. Le poète s'implique directement dans cette description, et c'est de sa vie dont il décrit les étapes.
   La "jeunesse" (vers 1) du poète (premier quatrain) est comparée à un été bouleversé par les intempéries : "ténébreux orage" (vers 1) et "Le tonnerre et la pluie" (vers 2).
   Ces premières années de vie se sont construites en ombres et lumières ("çà et là", "ténébreux", "brillant"), tantôt emplies d'élans d'espoir, mais vite accablées par le poids du spleen.
   On note la présence de ponctuations fortes dans ce quatrain (";" et ".") qui insistent sur cette alternance. Le choix d'une alternance ABAB pour la forme du sonnet (et non ABBA) suggère également l'idée d'alternance entre les épisodes heureux ("soleil", "vermeils") et malheureux ("orage", "ravage" : spleen).
   Le "jardin" (vers 4) est en fait le symbole des souvenirs et de la mémoire de cette période tumultueuse, mais c'est aussi le constat du travail accompli. Les "fruits vermeils" (vers 4), ce sont les oeuvres, trop éparses selon le poète.
   
   Le deuxième quatrain évoque l'automne, et s'ouvre sur la résignation du poète ("voilà que", vers 5). "L'automne des idées" annonce le dépérissement des forces créatrices du poète. C'est le déclin d'une vie.
   
   Le premier tercet suggère un élan d'espoir : "Et qui sait". Ici on espère un printemps : "fleurs nouvelles", vers 9, qui évoque le titre même du recueil "Les Fleurs du Mal". A cette époque de l'année, les fleurs bourgeonnnent, la nature renait. Baudelaire espère qu'à nouveau son inspiration et ses idées renaîtront. Il a la volonté d'être comme la nature, constamment renouvelée. Cette renaissance est apparenté à une purification, comme un rite : "lavé", "mystique aliment".
   
   Mais le deuxième tercet vient mettre un terme à cet espoir. C'est finalement l'hiver qui glacera ses ambitions. Le temps a eu raison du poète.
   
   II. Domination du temps
   Si le poète ne peut renaître comme la Nature le fait, c'est que le temps l'a conduit à sa perte.
   Déjà le deuxième quatrain aborde l'idée de la mort. "L’eau creuse des trous grands comme des tombeaux" : l'eau est personnifié, dans le rôle d'un fossoyeur, morbide. L'eau, élément terrestre qui pourtant donne vie aux choses, apporte en fait la mort.
   La deuxième strophe est essentiellement composée d'éléments visuels forts : "la pelle et les râteaux", "terres", "des trous". Le poète illustre ainsi une accumulation des désastres du temps.
   Ce dernier n'est réellement nommé qu'à la fin du poème ("Le Temps mange la vie", vers 11) en des termes très bruts. C'est une sorte de monstre "obscur" qui "mange" et "ronge". La répétition du vers 11 ("O douleur"), perçue comme un cri de désespoir, ponctue la phrase.
   Le passage du "je" au "nous" à la fin du poème évoque la fatalité, pour tous les êtres humains, à se résoudre à supporter l'accablement du temps qui passe. Le temps semble se nourrir de l'énergie vitale de l'homme, comme un parasite ("croît et se fortifie") qui détruit toute possibilité d'inspiration nouvelle.
   
   Conclusion
   Ce poème est un grand témoignage du spleen comme il l'a été vécu par Baudelaire. Le poète met en forme ce malaise existentiel, comme pour l'exorciser. Même si les effets du temps sont inéluctables, il reste cependant à lutter contre ce malaise, et Baudelaire s'y attache par ses vers.



Pages liées

TEXTE : X. L'Ennemi , in Les Fleurs du mal

Insouciants et taciturnes, Des Ganges, dans le firmament, Versaient le trésor de leurs urnes Dans des gouffres de diamant. -- Dieu serait injuste si nous n'étions pas coupables. -- L'art qui satisfait le besoin le plus impérieux sera toujours le plus honoré. -- Mais j'ai voulu prouver que tout est encore pour le mieux dans le plus mauvais des mondes possibles. -- Faut-il qu'un homme soit tombé bas pour se croire heureux. -- Le mal se fait sans effort, naturellement, par fatalité ; le bien est toujours le produit d'un art. -- Sois sage, ô ma douleur, et tiens-toi plus tranquille ! -- La femme est naturelle, c'est-à-dire abominable. -- Dieu serait injuste si nous n'étions pas coupables. -- La musique creuse le ciel. -- La diane chantait dans les cours des casernes, Et le vent du matin soufflait sur les lanternes.Le Salon de 1845
Le Salon de 1846
Le Salon de 1859
La Fanfarlo
Les Fleurs du mal, premi?re ?dition (1857)
Les Fleurs du mal, seconde ?dition (1861)
Le Spleen de Paris
Mon coeur mis ? nu
Les Paradis artificiels
Comment on paie ses dettes quand on a du g?nie
Conseils aux jeunes litt?rateurs
Les Drames et les romans honn?tes
Peintres et aquafortistes
Morale du joujou
Madame Bovary par Gustave Flaubert
Du Vin et du Haschisch
Fus?es
Le mus?e classique du bazar Bonne-Nouvelle
Exposition universelle
Les Mis?rables par Victor Hugo
Richard Wagner et Tannh?user ? Paris
Le peintre de la vie moderne
Choix de maximes consolantes sur l'amour
L'?cole pa?enne
Les fleurs du mal, fleurs maladives, la fleur du mal, fleurs du mal de Charles Baudelaire. Les Fleurs du mal Le Spleen de Paris, Les Petits po?mes en prose,po?sie en prose, recueil majeur. Le Spleen de Paris
 
 
"La musique creuse le ciel."