Litteratura.com
Recherche    
Charles Baudelaire
Sa vieCorrespondanceBiographiePersonnages
Son œuvre Critiques Essai Journal Nouvelles Prose Vers
RegardsArticlesAxes d'étudesContemporains
oeuvre
Critiques  -  À voir aussi : Essai Journal Nouvelles Prose Vers 

Madame Bovary par Gustave Flaubert

Flaubert disséquant Emma Bovary, Lemot (1869)

Baudelaire et Flaubert n’étaient pas des amis intimes, mais il est certain qu’ils avaient, chacun, reconnu la valeur de l’autre. Nés en 1821, aux heures de l’avènement du romantisme, ils ont tous les deux eu le souci de s’en détacher, affichant leur désir de dépasser cette idéologie envahissante pour démonter leur originalité de créateurs. La comparaison ne s’arrête pas là : en 1857, à six mois d’écart, le romancier et le poète tombent sous le coup du Cerbère Justice. Madame Bovary d’un côté, Les Fleurs du Mal de l’autre, ces deux chefs-d’œuvre de la littérature n’ont pas la reconnaissance de leur époque, qui y voient une offense à la morale publique et à la religion. Si l’issue du procès sera favorable à Flaubert, ce ne fut pas le cas du procès des Fleurs du Mal dont on ne connaît que trop bien la triste conclusion. Flaubert, qui vient de parcourir le recueil du poète, adresse à Baudelaire une lettre élogieuse : «  Vous avez trouvé le moyen de rajeunir le romantisme. Vous ne ressemblez à personne (ce qui est la première des qualités). » Il prend évidemment parti pour la défense du recueil lors du procès.
Quelques mois plus tard, Baudelaire rend lui-même hommage à Madame Bovary au travers de cette critique, n’oubliant pas de remercier – ironiquement – « la magistrature française de l'éclatant exemple d'impartialité et de bon goût qu'elle a donné dans cette circonstance ». L’hommage à Flaubert est élogieux. Baudelaire admire l’effacement de l’homme qui donne vie à une héroïne, une « merveille » : « ce bizarre androgyne a gardé toutes les séductions d'une âme virile dans un charmant corps féminin »… C’est aussi l’occasion de réaffirmer la place du roman, et de toute œuvre, quant à la mission moraliste qu’on tient à lui imposer : « Une véritable oeuvre d'art n'a pas besoin de réquisitoire », la morale qu’on lui concède ne dépend que de l’intelligence de son lecteur.

Pages liées

Gustave Flaubert
Les Fleurs du mal, première édition (1857)

 
retour au choix de l'oeuvre 
<< Voir les Pages liées à ce texte 
Télécharger cette oeuvre

Sommaire de l'oeuvre
 
Le beau est toujours bizarre. -- La plus belle des ruses du diable est de vous persuader qu'il n'existe pas. -- Qu'est-ce que Dieu fait donc de ce flot d'anathèmes Qui monte tous les jours vers ses chers Séraphins ? -- La femme est naturelle, c'est-à-dire abominable. -- Que la beauté du corps est un sublime don Qui de toute infamie arrache le pardon. -- J'ai pétri de la boue et j'en ai fait de l'or. -- Le monde, monotone et petit, aujourd’hui, Hier, demain, toujours, nous fait voir notre image : Une oasis d’horreur dans un désert d’ennui. -- Qu'est-ce que l'amour ? Adorer, c'est se sacrifier et se prostituer. -- Je suis la plaie et le couteau ! Je suis le soufflet et la joue ! Je suis les membres et la roue, Et la victime et le bourreau ! -- La diane chantait dans les cours des casernes, Et le vent du matin soufflait sur les lanternes. -- De ce ciel bizarre et livide, Tourmenté comme ton destin, Quels pensers dans ton âme vide Descendent ? Réponds, libertin.Le Salon de 1845
Le Salon de 1846
Le Salon de 1859
La Fanfarlo
Les Fleurs du mal, premi?re ?dition (1857)
Les Fleurs du mal, seconde ?dition (1861)
Le Spleen de Paris
Mon coeur mis ? nu
Les Paradis artificiels
Comment on paie ses dettes quand on a du g?nie
Conseils aux jeunes litt?rateurs
Les Drames et les romans honn?tes
Peintres et aquafortistes
Morale du joujou
Madame Bovary par Gustave Flaubert
Du Vin et du Haschisch
Fus?es
Le mus?e classique du bazar Bonne-Nouvelle
Exposition universelle
Les Mis?rables par Victor Hugo
Richard Wagner et Tannh?user ? Paris
Le peintre de la vie moderne
Choix de maximes consolantes sur l'amour
L'?cole pa?enne
Les fleurs du mal, fleurs maladives, la fleur du mal, fleurs du mal de Charles Baudelaire. Les Fleurs du mal Le Spleen de Paris, Les Petits po?mes en prose,po?sie en prose, recueil majeur. Le Spleen de Paris
 
 
"Toute phrase doit être en soi un monument bien coordonné, l'ensemble de tous ces monuments formant la ville qui est le Livre."